18 novembre 2015

  Elastic Heart - Sia
Posté par Ceher à 20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2015

Et puis ce soir, j'avais envie de poster les mots d'une amie chère, dont le soutien m'est précieux, ma Tangéroise. Ses mots ont cette résonance particulière du Vrai.   "Face à un drame de cette ampleur , nous sommes effrayés, choqués, tétanisés, atterrés, puis peu à peu la vie reprend son cours lentement, doucement. Mais à chaque fois quelque chose en nous se brise et nous avançons gênés par le bruit que font les morceaux à l'intérieur. Morceaux que les gens sensibles ne peuvent ni recoller ni éjecter. On vit avec ... on... [Lire la suite]
Posté par Ceher à 19:57 - Commentaires [7] - Permalien [#]
14 novembre 2015

Apocalypse

Ecrire, écrire, écrire pour ne plus penser. Pendant que je plante mes tulipes, des types font pousser des kalachnikovs. Ecrire, écrire, écrire pour m'occuper les mains. Pendant que je souris à ma copine, 30 personnes meurent à côté de moi. Ecrire, écrire, écrire pour canaliser ma peur. Les petites rues du Marais sous la lumière des réverbères pendant que ma ville implose tout près. Ecrire, écrire, écrire, pour canaliser ma haine. Le charmant serveur vient nous annoncer que le restaurant ferme prématurément. Ecrire, écrire, écrire... [Lire la suite]
04 novembre 2015

Coworking

Copinette et moi, on a inventé le concept du co-working à distance. Bien qu'ayant coché la case "freelance" avec aplomb sur notre déclaration à l'URSSAF, nous avons conservé le mode de fonctionnement grégaire du travailleur en open space. Du coup, on grégarise à deux et à distance. Les sujets de conversation sont typiques d'une conversation du lundi matin autour de la machine à café et en ce sens, se caractérisent par leur absence totale de rapport avec le travail. Et quand ils en ont un, il est tellement ténu qu'il faut faire la... [Lire la suite]
21 octobre 2015

Seul sur Mars

Puisqu'il n'y a pas moyen de se balader dans le métro depuis un mois sans se prendre sur le coin de la figure l'affiche de 'Seul sur Mars'; et puisque rien que l'affiche en question m'exaspère au plus haut point, j'ai décidé de ne pas m'infliger le supplice d'aller voir le film pour pouvoir le descendre en flammes après. Je passe directement à la case 'descentement en flammes'. Le titre français: déjà une erreur de casting. Un film qui se résume aussi facilement en deux mots n'augure rien de bon niveau créativité. Livrer le noeud... [Lire la suite]
06 octobre 2015

Miracle

On dit que les gens, de nos jours, ont perdu la capacité de voir le monde avec des yeux d'enfants, et qu'on se sait plus rêver. C'est faux, je regrette. La plupart de mes clients, par exemple, croient encore au Père Noël avec une conviction désarmante. Ils ont su conserver toute l'innocence de l'enfant qui découvre le monde et demande à ses parents de lui acheter une licorne le samedi matin à Carrefour. Avec eux, j'ai toujours un peu l'impression d'être Marraine la bonne fée. La harpie de Shrek, entendons-nous bien, pas la... [Lire la suite]
Posté par Ceher à 22:06 - Commentaires [7] - Permalien [#]

01 octobre 2015

Mécanique

  "Il va falloir me le laisser, il y a du boulot!", dit le mécanicien en se relevant. La cliente se tord les doigts. Elle dit qu'il faut le sauver absolument, qu'elle n'a pas les moyens d'en racheter un autre. L'autre s'énerve: "ben oui, mais ma p'tite dame, c'est chaque fois la même histoire, je vous le retape et vous me le rapportez deux mois plus tard en pièces détachées!" Elle regarde par terre d'un air penaud. C'est vrai qu'elle conduit n'importe comment. Puis elle relève le nez d'un air bravache, c'est vrai après tout,... [Lire la suite]
01 juin 2015

Bulle

Retourner dans son arrondissement, dans son cocon, son univers avec des arbres et des fleurs, et des trottoirs ensoleillés sous les grands platanes. Retourner dans le Paris de Sempé et de Franquin, insouciant et léger, celui d’avant. Laisser derrière elle les hommes qui disparaissent, qui n’en finissent plus de ne plus être là. Loin des relations humaines aux pointes qui l’égratignent à chaque fois, loin des hommes en général et d’un homme en particulier, loin de ces hommes qui se préparent à la guerre même en temps de paix, overdose... [Lire la suite]
Posté par Ceher à 16:41 - Commentaires [13] - Permalien [#]
14 mai 2015

Petite fille,grande fille

Un jeudi après-midi après la pluie, une petite fille m'a regardée préparer le thé. Dans la cuisine à l'odeur de café, dans le ballet des adultes autour de nous et les cris des enfants au salon, on a tracé un petit cercle de calme dans lequel on est entrées toutes les deux. J'ai cru un instant qu'elle était là simplement parce que le coeur de la maison s'était momentanément déplacé dans la cuisine. Et puis je suis retournée dans la salle à manger désertée pour prendre la pince à cheveux que j'y avais laissée. La petite fille était là... [Lire la suite]
Posté par Ceher à 20:08 - Commentaires [28] - Permalien [#]
13 mai 2015

Cause toujours, tu m'intéresses

La variabilité de certaines données en fonction de l'individu les accueillant n'en finit pas de m'étonner. Soit un individu plutôt féminin, âgé d'environ 5 ans, et relativement brisefer. Cet individu est équipé d'un tremblement graduel et d'un système lacrymal qui se déclenchent sur simple manifestation vocale et à distance de l'autorité parentale lorsque cette dernière vient de découvrir le vase en cristal cassé presque bien caché dans la poubelle. Soit le même individu, 30 ans plus tard, revenu dans la maison parentale en... [Lire la suite]
Posté par Ceher à 19:45 - Commentaires [11] - Permalien [#]