19 novembre 2015

Je n'ai pas pour habitude de transformer ce blog en tribune politque (et pourtant, j'en aurais, des choses à dire!) mais j'entends depuis samedi un discours qui me semble dangereux. Il consiste à dé-responsabiliser les terroristes. Ce n'est pas une première, c'est même une grande habitude française, déjà caricaturée par Astérix aux Jeux Olympiques: "Le terrain était trop lourd! Et les sangliers ont mangé des cochonneries!" pour expliquer la débrandade de morue gauloise, comme dirait ma grande soeur. On a cette maladie de shifter la... [Lire la suite]
Posté par Ceher à 11:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 novembre 2015

  Elastic Heart - Sia
Posté par Ceher à 20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 novembre 2015

Et puis ce soir, j'avais envie de poster les mots d'une amie chère, dont le soutien m'est précieux, ma Tangéroise. Ses mots ont cette résonance particulière du Vrai.   "Face à un drame de cette ampleur , nous sommes effrayés, choqués, tétanisés, atterrés, puis peu à peu la vie reprend son cours lentement, doucement. Mais à chaque fois quelque chose en nous se brise et nous avançons gênés par le bruit que font les morceaux à l'intérieur. Morceaux que les gens sensibles ne peuvent ni recoller ni éjecter. On vit avec ... on... [Lire la suite]
Posté par Ceher à 19:57 - Commentaires [7] - Permalien [#]
14 novembre 2015

Apocalypse

Ecrire, écrire, écrire pour ne plus penser. Pendant que je plante mes tulipes, des types font pousser des kalachnikovs. Ecrire, écrire, écrire pour m'occuper les mains. Pendant que je souris à ma copine, 30 personnes meurent à côté de moi. Ecrire, écrire, écrire pour canaliser ma peur. Les petites rues du Marais sous la lumière des réverbères pendant que ma ville implose tout près. Ecrire, écrire, écrire, pour canaliser ma haine. Le charmant serveur vient nous annoncer que le restaurant ferme prématurément. Ecrire, écrire, écrire... [Lire la suite]
04 novembre 2015

Coworking

Copinette et moi, on a inventé le concept du co-working à distance. Bien qu'ayant coché la case "freelance" avec aplomb sur notre déclaration à l'URSSAF, nous avons conservé le mode de fonctionnement grégaire du travailleur en open space. Du coup, on grégarise à deux et à distance. Les sujets de conversation sont typiques d'une conversation du lundi matin autour de la machine à café et en ce sens, se caractérisent par leur absence totale de rapport avec le travail. Et quand ils en ont un, il est tellement ténu qu'il faut faire la... [Lire la suite]