14 mai 2015

Petite fille,grande fille

Un jeudi après-midi après la pluie, une petite fille m'a regardée préparer le thé. Dans la cuisine à l'odeur de café, dans le ballet des adultes autour de nous et les cris des enfants au salon, on a tracé un petit cercle de calme dans lequel on est entrées toutes les deux. J'ai cru un instant qu'elle était là simplement parce que le coeur de la maison s'était momentanément déplacé dans la cuisine. Et puis je suis retournée dans la salle à manger désertée pour prendre la pince à cheveux que j'y avais laissée. La petite fille était là aussi. Et dans la cuisine qui s'était vidée, elle m'a suivie de nouveau. Il y a eu cette minute d'éternité quand j'ai compris qu'elle voulait être avec moi, et que ces quelques minutes ensemble lui semblaient plus précieuses que les jeux des autres enfants.

Les deux coudes appuyés sur la table et nos pieds nus sur le carrelage, la petite fille à la jupe de danseuse et la grande aux cheveux qui lui tombent dans les yeux se sont penchées sur ma tasse. Elles ont senti le sachet de thé à la vanille. Je lui ai demandé si elle voulait une tasse elle aussi, elle a secoué la tête. L'odeur lui suffisait. J'ai tressé ses cheveux, et elle m'a raconté son livre qui parle de chauve-souris et de chenille. J'ai versé l'eau chaude qu'on a regardée couler de la bouilloire, elle m'a tendu le sucre. Ensemble on a regardé le sachet se noyer dans l'eau qui se colorait. On nous a appelées plusieurs fois depuis la salle à manger, mais la petite fille et la grande ont traîné. Elles sont restées dans la minute rien qu'à elles qu'elles s'étaient tressée.

Des tas de pensées m'ont envahi la tête, ce devait être la vapeur qui mon-thé, et j'ai pensé au grand-père de cette petite fille, qui est mort il y a dix ans, le grand absent de ces repas, à chaque fois. J'ai pensé à la vie qui passait, en entendant dans la salle à manger sa grand-mère dire "Les filles, je vous revois encore toutes les quatre adolescentes, à disparaître dans vos chambres, où est passé tout ce temps depuis?" et j'ai vu dans les yeux de l'enfant debout à côté de moi la maman au même âge, qui jouait avec moi. J'ai poussé un soupir, elle m'a posé une question avec ses yeux. Rien de grave, ma pounette, ne t'inquiète pas, des histoires de grands qui se disputent avec le temps, et que tu entendras bien assez tôt.

La petite qui me suit comme mon ombre dans le salon, qui s'asseoit à côté de moi à table me sourit maintenant, et joue avec moi. Elle me tricote des histoires que je lui dessine, et qu'elle fait briller de couleurs. J'aime faire celle qui ne comprend pas, elle s'impatiente et puis rigole. Elle vient me chercher et se faufile derrière moi. Sa mère me confie qu'elle a encore du mal à parler, qu'elle se méfie, qu'elle est timide, et que les adultes lui font peur. Qu'à l'école c'est difficile, elle reste dans son coin, que le monde extérieur ne lui fait pas de cadeau, que les autres lui font un mal de chien.  Un bisou sur la joue au moment de s'en aller. Et ma maman à moi qui me dit, cette petite fille elle s'ouvre vraiment, quand elle est avec toi.

Petite fille, l'an dernier, j'avais écrit un conte pour toi. Je te le lirai quand tu seras un peu plus grande, peut-être la prochaine fois.

Posté par Ceher à 20:08 - Commentaires [ 28] - Permalien [ #]

Commentaires

    C'est beau ce que tu écris Il y a des enfants comme cela qui s'accroche à vous et cela fait de jolie juillet dans nos coeur d'adultes. j'ai eu une nièce comme cela, toute petite qui ne me quittais pas, ado, elle m'appelait quand cela n'allait pas avec ses parents, adultes maintenant, à 30 ans elle à deux enfants et nous avons toujours une grande complicité
    profite, profite...

    Posté par Gilsoub, 14 mai 2015 à 21:40
  • Je ne sais pas comment s'appelle cette petite fille mais je devine autant de tendresse chez elle que chez son amie aux cheveux longs

    Posté par jacques, 14 mai 2015 à 21:43
  • Mais... C'est la cousine de p'tite cousine, qui s'accroche à moi comme soleil sur la main
    ........Et qui ne veut plus repartir dans les parfois où je peux la voir grandir.

    Posté par Clem, 15 mai 2015 à 17:48
  • vice et versa

    on sent bien que l'attachement est à double sens, petit moment d'émerveillement d'amour à cultiver

    Posté par yonder, 16 mai 2015 à 06:52
  • Elle ne sait pas encore qu'un petit garçon l'attend quelque part.....

    Posté par alainx, 16 mai 2015 à 11:21
  • A Gilsoub

    Merci Gilles... Oui c'est exactement cela, certains enfants s'accrochent à votre coeur et s'y balancent avec légèreté.

    Posté par Ceher, 18 mai 2015 à 16:35
  • A Jacques

    Oui, elle a jeté un pont de tendresse entre nous deux, pour que je puisse la rejoindre dans son univers. ou pour qu'elle puisse entrer dans le mien. Qui est en fait le même que le sien, je crois.

    Posté par Ceher, 18 mai 2015 à 16:37
  • Clem

    Clem, ton commentaire était si joli que j'aurais voulu l'avoir écrit moi! Je souris toute seule de voir qu'on a tous une petite fille dans le coeur, et qu'elles ont toutes un lien de parenté avec nous.

    Posté par Ceher, 18 mai 2015 à 16:38
  • A Christine

    Et je peux te garantir que je le cultive plus précieusement que toutes les fleurs de mon balcon, c'est pour dire.

    Posté par Ceher, 18 mai 2015 à 16:39
  • A Alain

    Tu m'as faite sourire. J'espère que le petit garçon sera à la hauteur de sa perle.

    Posté par Ceher, 18 mai 2015 à 16:40
  • Ceher, c'est juste magnifique ..... merci & bravo
    quelle chance a cette petite fille ... et quel bonheur pour toi

    Posté par monkaleidoscope, 19 mai 2015 à 10:03
  • Merci Ma Kaléido....Tes mots me touchent toujours, petite jumelle, tu le sais bien!

    Posté par Ceher, 19 mai 2015 à 14:02
  • ...Devant ma table vint s’asseoir
    Une belle enfant vêtue de blanc
    Qui me ressemblait comme une soeur ...

    Posté par telophase, 22 mai 2015 à 16:29
  • Le plus dur c'est d'être capable de prendre conscience de ces moments fragiles et improbables.
    Très joli.

    Posté par Nours, 24 mai 2015 à 11:32
  • A ma Télo

    Un reflet de moi-même, un reflet d'avant, un reflet d'après,
    il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée.

    Tu m'as manqué.

    Posté par Ceher, 25 mai 2015 à 22:09
  • A Nours

    Merci....C'est précisément leur fragilité qui les rend si jolis. Merci de ton passage par ici...

    Posté par Ceher, 25 mai 2015 à 22:10
  • Beaucoup de tendresse partagée dans ce récit très émouvant... Merci
    Bises

    Posté par margimond, 30 mai 2015 à 01:23
  • Quels jolis moments.
    Celui que tu as vécu avec cette jolie compagnie.
    Celui que j'ai eu à te lire.

    Posté par ada, 30 mai 2015 à 19:50
  • A Margi

    Merci Margi, la tendresse me déborde du coeur quand je passe un peu de temps avec cette petite fille.

    Posté par Ceher, 31 mai 2015 à 18:02
  • A Ada

    ...et celui que j'ai eu à lire ton commentaire et ses si jolis mots. Merci de ton passage par mon quartier, petite nouvelle.

    Posté par Ceher, 31 mai 2015 à 18:03
  • Une sensibilité si fragile qu'on la sent se fissurer comme du verre à chaque tremblement. Ces mots te rendent belle comme un arc-en-ciel, une pluie d'orage ou je ne sais quoi encore qui évoque tellement la vie, la vraie. Bravo. J'en reprendrais bien encore

    Posté par lirei, 01 juin 2015 à 08:38
  • A Lireine

    Jean-Marc!!!! Comme tu nous as manqué!!!!!! Reviens Lireine, on a les mêmes dans la piscine!! (C'était pour la rime)

    Merci merci pour ce commentaire si beau et si doux, ça me manquait tellement, la lireinisation des mots....

    Posté par Ceher, 01 juin 2015 à 18:53
  • C'est beau c'est tendre quel plaisir de revenir ici.

    Posté par Etienne, 12 juillet 2015 à 15:36
  • MANIF '

    Ceher reviens !!!!
    Ceher, please come bak, baby come back !!!

    Posté par monkaleidoscope, 16 septembre 2015 à 11:21
  • C'est clair... il est long ton silence.

    Posté par Bearman, 17 septembre 2015 à 21:00
  • Je plussois !
    Reviens !
    C'est la journée du Pâtre et du Moine
    Reviens !

    Posté par alainx, 19 septembre 2015 à 11:44
  • ah mes petits bloggeurs préférés! Vous me faites sourire du fond de mes profondeurs (et déjà que la profondeur c'est profond, alors je vous raconte pas le fond de la profondeur). Faut juste que je trouve la porte, et je vous rejoins!!

    Posté par Ceher, 23 septembre 2015 à 20:39
  • Tel l'apnéiste français, j'étais proche de la syncope avec ce long silence...
    Nours

    Posté par Bearman, 23 septembre 2015 à 21:38

Poster un commentaire