01 mai 2015

Coquillopathie

En Ecosse, j'ai découvert que Copinette était malade. Ma copinette que je connais depuis 10 ans, ça m'a brisé le coeur. Elle est atteinte de coquillopathie. Je n'ai pas osé poser trop de questions du style mais tu le sais depuis quand, mais ça s'est manifesté comment, la première fois, et ça se soigne ou ça va en empirant. Je me suis contentée de l'accompagner tout au long du processus, et je crois que c'était déjà énorme.

Pour toi lecteur qui ne serais pas familier du jargon médical, je tente une définition de la coquillopathie de Copinette: elle a avec les coquillages le même genre de névrose que j'ai avec les plantes. Elle se traduit par un besoin d'accumuler les coquillages en un temps aussi réduit que possible et par un tournage de volant intempestif et latéral dès qu'elle voit le panneau "La plage, c'est par là." Et comme elle est bilingue, forcément, le panneau Beach ne la leurre pas tellement, elle tourne aussi.

Dans la mesure où mon signe astrologique me préconise une empathie hors du commun, je me suis prêtée à  sa coquillopathie de bonne grâce, et ai traqué le coquillage voluté sur toutes les plages d'Ecosse et de Navarre. Et ça en fait, des plages. Je ne sais pas bien d'où vient ce besoin d'accumulation des crustacés, de préférence morts, pour les mettre dans un bocal dans la salle de bain, mais nous avons tous nos petites bizarreries, et chez Copinette, ce ne serait pas la première, alors je me suis penchée avec bienveillance sur ce qu'elle-même a défini de façon assez terrifiante comme son "shell-project". Je peux même affirmer que ma récolte personnelle faisait pâlir d'envie Copinette qui a admis que "j'avais un truc, pour débusquer les perles rares".

Au bout de 6 jours de vadrouille, j'ai demandé à Copinette si elle ne trouvait pas qu'il y avait une odeur, dans la voiture. Elle se met en position du lévrier à Cheverny, puis secoue la tête, négatif mon colonel. Je n'insiste pas, de toute façon c'était fugace, si ça se trouve, j'ai rêvé.

Au bout de 8 jours, je lui demande pourquoi elle a mis ses chaussettes sales sur la banquette arrière, c'est pas respectueux pour les autres occupants de l'habitacle, à savoir moi. Copinette fronce le sourcil en m'indiquant que ses chaussettes sont dans la valise dans le coffre. On ne se parle plus pendant 20 minutes et l'énigme reste entière.

Au bout de 10 jours, je monte dans la voiture et redescends aussi sec en criant à l'alerte chimique. Copinette sent vaguement quelque chose, mais pas de quoi s'en taper le derrière par terre. Je n'en démords pas, j'annonce que je ne monterai pas en voiture tant qu'on n'aura pas trouvé la cause de l'odeur. Copinette, étant la conductrice, dit que c'est mon problème si je veux dormir sur le bord de la route pendant qu'elle sera à Lochinver bien au chaud, jusqu'à ce que j'agite sous son nez la seule clé de voiture dont on dispose. Elle fait le tour de la voiture, s'assoit à ma place, et émet un cri de détresse flirtant avec les ultrasons. Enfin. Elle sent, elle aussi.

On a suivi la ligne jaune, et avec une apnée qui ferait rougir Jacques Mayol, on a - j'ai, Copinette évanouie sur le bas-côté - sorti les coupables dans mon fabuleux sac en tissu avec des petites chouettes dessus: des coquillages à l'odeur pestilentielle. Copinette, une toile de tente sur le nez, me crache: "Mais qu'est-ce que t'as fichu??"  Moi, désemparée: - mais rien! Elle: - Tu les as ramassés sur la même plage que les miens? Moi : - Oui! Elle: - Ils étaient bien morts? Moi: - Oui! Elle: - Et tu les as rincés avant de les ramasser? Moi: - Evidem.....Oh."

Le reste est essentiellement une histoire de statistiques mâtinée de fait divers: 50% de mes coquillages ont fini dans la poubelle de Callander, pittoresque village sur la route de Stirling. 20% des 50% restants ont terminé leur chemin spirituel dans les toilettes d'une aire d'autoroute. (Avec le vigile du mini-supermarché suivant à la trace ces deux Françaises et leur sac en plastique suspect.) Les 30% restants des 50% restants ont eu la chance de voir la mer (dans leur after-life, je veux dire) avant de finir sur la table d'opération du lavabo de l'hôtel XXXX (les noms ont été modifiés pour respecter notre anonymat à Copinette et à moi, déjà qu'il devait y avoir des caméras de surveillance...) à Edimbourg.

Là, j'ai effectué plusieurs allers-retours entre le couloir et la salle de bain, et à deux reprises, entre les toilettes du bar de l'hôtel trois étages plus bas. Copinette affalée sur le lit m'a demandé ce que je fabriquais. Je l'ai nommée directrice du contrôle qualité, elle a validé quatre coquillages qui, jure-t-elle ne sentaient plus rien, et le reste a du créer le buzz chez les femmes de ménage des toilettes du bar de l'hôtel le lendemain matin.

Nous, on s'en fiche, on avait déjà vidé les lieux.


Commentaires

    aviez-vous mis des gants ? c'est que ce sont de fins limiers les Anglais, ils pourraient retrouver vos empreintes....

    Posté par yonder, 07 mai 2015 à 07:30
  • C'est chouette le tourisme, on va chercher loin ce qu'on a pas chez soi

    Posté par Nours, 07 mai 2015 à 21:16
  • Toute une histoire ce projet, et toute une odeur! Mes coquillages flottent encore dans une bassine. Faut dire que ceux que tu t’étais donnée tant de mal à dénicher laissent des séquelles sévères. Je n'ose toujours pas les regarder, alors les toucher n'y pensons même pas!
    Pas certaine qu'ils finiront dans un bocal dans la salle de bain after all. Je suis guérie docteur?

    Posté par ulz, 07 mai 2015 à 22:56
  • Je viens d'avoir une demande sur une enquête de voisinage de la part du MI6, mais ne t"inquiète pas, j'ai répondu que j'étais lié par le secret professionnel !

    Posté par jacques, 08 mai 2015 à 06:48
  • Christine: j'ai mis des gants, mais pas à cause de Sherlock Holmes; à cause des émanations toxiques. Si je n'en avais pas mis, je n'avais plus qu'à me couper la main.
    Nours: tu savais pas qu'après ceux de Tchernobyl, les coquillages écossais sont les deuxièmes plus abominables au monde? Ca valait le déplacement.
    Ulz (quel surnom intéressant! J'espère au moins que ça a une signification fascinante, pas genre t'as pris le premier truc qui te venait à l'esprit, la plaque d'immatriculation de ta voiture ou autre): tant que les coquillages ne bougent pas, ça va encore. Je ne vois qu'un désinfectant efficace: le whisky.
    Jacques: zut! Ils ont du retrouver ma trace et faire le lien avec Céline! Elle aime les coquillages, ta petite-fille? On pourrait créer une filière d'écoulement des coquillages interdits. Sur des gamins, ça passera easy, personne n'ira les soupçonner.

    Posté par Ceher, 08 mai 2015 à 19:23
  • Voilà pourquoi tous les Sommets de la Terre, dont le dernier s'est tenu à Rio, ne peuvent plus rien pour sauver la planète malgré la volonté de bien faire qui les anime... L'odeur est trop forte.
    Même à la dernière conférence de l'OPEP, ils étaient unanimes lorsqu'ils ont déclaré : C'est Shell que j'aime.
    Bises de bonne soirée

    Posté par margimond, 30 mai 2015 à 01:04

Poster un commentaire