14 mars 2015

Gestion de patrimoine

Réveil difficile, mal au crâne,  vision brouillée et souvenirs nébuleux, pas de doute: j'ai la gueule de bois. Pour moi qui n'ai jamais pris de cuite (je n'aime pas l'alcool, alors forcément, ça limite) et qui m'en désole (il y a un côté perte de contrôle qui me fascine dans la cuite; le syndrome Charles Baudelaire, j'imagine), c'est un événement. Je m'assois dans mon lit, dans lequel je suis, au passage, rassurée de ne trouver que le chat. J'ai la coupe de cheveux de Desireless et les yeux de Droopy, et alors que j'évalue la... [Lire la suite]

13 mars 2015

Cosmanniversaire

Cosmonaute reparti en orbite, qui m'a laissée me débattre avec la loi d'attraction, depuis minuit ce matin je ne peux pas ignorer qu'en un jour tu prends un an, et que ce jour c'est aujourd'hui. Et comme un géomètre, j'ai besoin de mesurer l'absence, le vide, les creux, alors je compte ce temps sans toi pour voir combien ça fait. Tu n'as pas vu les fleurs sur mon balcon, tu n'as pas vu les couleurs dans ma maison. Tu n'as pas vu mon chat, tu n'as pas passé l'été avec moi, tu n'as pas lu les lignes que j'ai écrites sur toi et qui... [Lire la suite]
Posté par Ceher à 14:36 - Commentaires [14] - Permalien [#]
09 mars 2015

Lecteur, si tu savais, lecteur, si tu voyais, comme la vie se découpe par-dessus les toits, depuis hier, depuis samedi, depuis toujours. L'ombre me paraît belle et ma gomme me sourit, et toute seule en écoutant la radio, je dessine la nuit. Le noir s'allonge sur ma feuille de papier, et à coups de crayon, je m'applique à le découper. Même le chat retient son souffle l'espace d'un instant, et je me sens portée par tous ces regards bienveillants. Treize, nous étions treize et je sais maintenant que le conte de fées est un conte de... [Lire la suite]
Posté par Ceher à 23:02 - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
01 mars 2015

Jogging

Dans un moment d'égarement, j'ai accepté d'aller courir le dimanche matin avec une amie. Après plusieurs semaines de faux départs (trop de pluie, trop de microbes, trop de chat, trop sommeil, trop lourde la piste, trop lourds les sangliers), nous avons décidé, dans un sursaut d'orgueil, que "c'était dimanche ou jamais". Vu les trombes d'eau qu'il tombait depuis une semaine, nous pensions sincèrement que ce serait jamais. Il y a eu une demi-journée de soleil en un mois, et c'était ce dimanche matin-là. La mort dans l'âme, nous nous... [Lire la suite]